Benvenuti in Nilak
Italiano English Francese Tedesco Spagnolo

Logo

Votre panier est vide.

S'enregistrer

Mot de passe oublié ?

Rechercher sur le site

Vous êtes actuellement sur :

Le polypropylène dans l'industrie textile

Puisque la structure polymérique se prête, par sa nature, à être considérablement allongée et alignée sur le même axe, il s'ensuit la facilité de produire des fils continus pour le tissage.

Il a fallu toutefois des années d'études et de recherches pour surmonter les obstacles initialement rencontrés dans le procédé industriel de filature du polypropylène.

En fait, en 1960 Natta déclara que les connaissances acquises à propos du polypropylène étaient désormais complètes et qu'à l'avenir on ne pourrait qu'améliorer ce qu'on avait déjà acquis. Mais les procédés d'industrialisation rencontraient de nombreuses difficultés: faible rendement des procédés de polymérisation, phases de dépuration très importantes et couteuses, altérations de la structure dans la phase de filature.

En outre, les procédés de production utilisés à cette époque là pour le fibres (fibres polyammidiques – nylon – et fibres naturelles) ne semblaient pas être appropriées pour exploiter les significatives caractéristiques positives du polypropylène: celles-ci se réduisaient à la chaleur et au rayonnement solaire (faible résistance à la thermo-photo-oxydation) et les couleurs ne restaient pas stables.

A la fin des années 70, on développa des additifs de teinture polymériques. Ceux-ci, ajoutés au polypropylène, à l'état fondu, ont permis d'obtenir un polymère stable aux agents atmosphériques et à la couleur.

La masse fondue, une fois extrudée ou filée, maintenait les caractéristiques fondamentales du polypropylène:

  • absence totale d'hydrophilie - Manque d'hydrophilie signifie résistance aux taches, à la saleté, et facilité de lavage; à leur tour, les pigments utilisés pour la teinture en masse de la fibre présentent, eux aussi, ces propriétés et donc assurent une stabilité élevée de la couleur;
  • poids spécifique plus bas entre toutes les fibres et par conséquent le plus haut pouvoir couvrant;
  • une résistance exceptionnelle aux bases et aux acides non-oxydants;
  • insolubilité dans les solvants communs;
  • inattaquable par moisissures et bactéries
  • inertie physiologique;
  • résistance à l'abrasion
  • stabilité dimensionnelle

La moquette a été le premier et le plus ample champ d'application de la fibre de polypropylène: haute résistance à l'abrasion, pas d'absorption de liquides, saleté et taches, facilité de lavage, résistance des couleurs et absence de propagation du feu sont des caractéristiques grâce auxquelles on l'a préférée même aux fibre naturelles.

Cette application a été étendue aux tapis pour une utilisation à l'extérieur, très stabilisés au rayonnement et à la chaleur: terrains de golf et cours de tennis, bords de piscines, intérieurs de voitures.

Au début, toutefois, la fibre fut exclue de l'industrie des vêtements parce que le marché, sans se rendre compte des grandes possibilités du polypropylène, ne sentait pas le besoin d'une nouvelle fibre et aussi parce que on n'avait pas développé de procédés de filage spécifique qui permettaient de produire de fils continus avec un titre fin.

Dans les années 80, Ing. Fernando Scotti, directeur de la Filatura di Delebio, en continuant les recherches dans le champ des applications du fil en polypropylène, développa, en collaboration avec sa fille Maria, une méthode pour produire des fils à titre fin avec lesquels on put composer un tissu particulièrement adapté pour tricots de sport, où le facteur positif était représenté par la non absorption de la sueur et son transport à l'extérieur en laissant le corps sec.

En 1985 il présenta les résultats des ses recherches au 24ème Congrès National des Fibres Chimiques de Dornbirn (A) avec un rapport intitulé “Le nouveau fil PP avec filaments fins, teint en pâte et texturé”.

La réponse fut immédiate lorsque dans une expédition italienne sur l’Himalaya on utilisa des sous-vêtements en polypropylène pendant trente jours sans inconvénients, en démontrant une excellente isolation thermique ( -35 °C à l'extérieur), une excellente résistance à l'abrasion, le transfert de la transpiration du corps au tissu adjacent, qui étant coton était très absorbant.

Sources